FORUM DE DISCUSSION
Les mesures pour développer le marché financier de la CEMAC 9036 fois consulté  |  28 réactions  


     Réaction du 08/11/2010 à 15h40 : Ernest YONGA NGATCHOU
Aujourd'hui la CEMAC dispose de deux places financiers qui doivent se compléter et non être concurrentes.
La capacité de mobilisation des ressources dépend de la vision des acteurs économiques que sont les Etats et les Entreprises. La planification permet prévoir et donc d'anticiper sur les besoins . Ceci implique une bonne gestion du patrimoine malheureusement les Institutions Financières courantes ne jouent pas leur rôle. Il en résulte une certaine méfiance vis avis des marches financiers. Il est question aujourd'hui d opérer des changements de comportements auprès des particuliers pour créer une migration des dépôts (CE et Dépôts a Terme) vers les valeurs mobilières plus flexibles. Ce rôle revient aux Banques et PSI. Ce n'est que de cette manière que les demandes en Financement pourront amener les deux structures a fusionner pour accompagner le développement de la Sous Région
     Réaction du 27/01/2010 à 15h25 : aaron nkogho
Il sera difficile pour nos Etats de disposer d'une veritable institution capable de promouvoir le financement de l'investissement voire des besoins de trésorerie de nos Etats. La présence de deux bourses dans une Communauté de six Etats ne fait que compliquer les possibilités des entreprises à capter l'épargne privée abondante en zone CEMAC. Tels sont les défis actuels et futurs de la COSUMAFqui a la lourde responsabilité de promouvoir le marche finacier de cette zone.
     Réaction du 24/11/2009 à 18h09 : Blandin SONGUEL
Je partage entièrement l'avis de NJIKAM en expliquant que les Etats africains et ceux de la CEMAC en particulier avaient contribué efficacement à la liquidation aujourd'hui de "AIR AFRIQUE" pour permettre en effet à chacun d'expérimenter sa propre flotte aérienne, par pur égoîsme. Nous sommes aujourd'hui aux faits. L'Afrique centrale dispose déjà de deux bourses. Mais les précautions à prendre dès aujourd'hui c'est d'éviter qu'un autre Etat se lève encore pour créer par decret une autre bourse chez lui. Il importe donc que des dispositions soient prises dès maintenant pour prévenir cela.
Il convient quant à la promotion d'un marché boursier chez nous de reconnaitre en premier l'absence criarde de toute culture boursière. Il incombe donc à l'insitution comme la BVMAC de promouvoir cette culture à travers une vulgarisation intense, en sélectionnant des exemples de réussite de quelques entreprises cotées en bourse, en donnant toutes les précisions sur ce quelles étaient avant leur entrée en bourse et ce qu'elles sont devenues après. Il n'y a que des exemples pour convaincre.
     Réaction du 23/11/2009 à 19h14 : jean de la croix Mabika
Une approche immediate pour développer le marché financier consiste à presenter aux chefs d'entreprises l'interet pour eux de recourir pour nourrir leurs ambitions de croissance. Mais à côté de cela, une véritable campagne de sensibilisation de la jeunesse sur l'importance et les avantages du marché financier s'impose car, les jeunes sont appelés, dans un avenir relativement proche, à être les chefs des entreprises susceptibles d'être cotées. Cette campagne permetra aux jeunes, de porter une plus grande attention durant leur formation, sur les matieres liées aux marchés financiers et presenter moins de reticence au moment venu.
     Réaction du 24/10/2009 à 23h09 : Mama Janvier NJIKAM
La responsabilité première du développement du marché financier de la CEMAC, repose en premier sur les organes de régulations de la BVMAC et de la Douala Stock Exchange. Il est aujourd'hui, pour être réaliste, établi que la fusion des deux bourses est une utopie, eu égard aux "égoismes".
Chaque organe de régulation doit prendre des dispositions afin d'expliquer régulièrement aux entreprises, l'avantage qu'il y a à être côté en bourse. La bourse étant une autre source de financement, autant que les banques.
Il est donc nécessaire d'organiser plusieurs séminaires à l'attention des chefs d'entreprises de la sous région, pour leur permettre de comprendre le bien fondé d'une présence en bourse. Des explications doivent leur être données sur la situation des entreprises cotées en bourse dans la sous région et se qu'il en est de leur situation avant et après leur entrée en bourse.

 
    Ajouter un commentaire
 

Nom : 

   

Prénom : 


E-mail : 


Commentaire : 

 

 


Les défis des marchés financiers africains 23785 fois consulté 56 réactions
Quel schéma pour rapprocher les deux places de la CEMAC? 15046 fois consulté 10 réactions
Les mesures pour développer le marché financier de la CEMAC 9036 fois consulté 28 réactions
Comment dynamiser le marché obligataire dans la zone CEMAC? 16836 fois consulté 51 réactions
Comment enrichir la cote officielle de la BVMAC? 60607 fois consulté 920 réactions
Quelle approche pour un marché financier régional en Afrique centrale? 9873 fois consulté 238 réactions